PORT SAINT PERE

L'Acheneau à Port Saint Père

Port-Saint-Père est une petite commune entre Nantes et Pornic, dans le département de Loire-Atlantique.

Elle est traversée par l’Acheneau, rivière qui relie le lac de Grand Lieu (à 2 pas) et la Loire, sur sa rive gauche.

Vignes et exploitations agricoles font de Port Saint Père un village où il fait bon vivre, se balader sur les circuits de randonnée ou sur les petites routes de campagne. Le patrimoine y est riche avec 3 châteaux (Grandville, Briord, de la Tour), une église du VIIe siècle, le tout dans un cadre nature et verdoyant. On passera par le très agréable port de la Morinière au centre du bourg pour son charme et sa sérénité, ou pour faire un tour de kayak et découvrir les fermes et châteaux surplombants l’eau calme de l’Acheneau.

 

LES LOISIRS

Vous pourrez profitez de votre venue pour découvrir l’Acheneau avec Escapade Nature, à vous le canoë-kayak, le paddle ou le bateau électrique.

 

Un peu d’histoire pour comprendre

Port-Saint-Père est une des communes les plus anciennes du Pays de Retz. La ville était un des passages des voies romaines pour relier Nantes à la côte en évitant l’Acheneau, la rivière étant un obstacle naturel, l’autre passait par Vue. Son nom était alors Portus Sancti Pétri. Elle devint la paroisse du duché de Retz.

Le nom du Pays de Retz apparait avec les romains, à partir du nom Rezé qui était une province romaine adossée à l’Aquitaine. C’est seulement au XVIe siècle que l’orthographe actuel de Retz fut défini.

Le sel fut également un élément essentiel dans l’essor de la commune. Sa situation géographique, entre la Loire et l’étang de Grand Lieu, en fait un passage naturel privilégié car les rives de l’Acheneau y sont le moins large; notamment pour le transport du sel entre le plus grand producteur de sel de l’époque (la Baie de Bourgneuf) et les marais bretons.

Pays de Retz et bretagne

Au Ve siècle avec la chute de l’Empire romain le Pays de Retz fut la proie de nombreuse invasions: d’abord quelques incursions saxones, puis wisigothe et enfin les Francs. Ces derniers s’installèrent sur ces terres pendant tout le VIe siècle et combattirent les bretons pendant 3 siècles. Ce n’est qu’en 851 après la bataille de Jenglang (Gueméné Penfao) remportée par les bretons d’Erispoë, que se négocie le traité d’Angers qui reconnaît officiellement le statut du royaume de Bretagne intégrant les pays de Rennes, de Nantes et de Retz: c’est la naissance de la Bretagne historique.

Le Breton est ainsi parlé à Pornic et Paimboeuf jusqu’au Xe siècle mais une grande partie du Pays de Retz conserve sa langue romane.

A la révolution, la Bretagne est découpée en 5 départements. Le duché de Retz est quant à lui rattaché au nouveau département de Loire-Inférieure (la Loire-Atlantique d’aujourd’hui).

Gilles de Rais était-il Barbe Bleue ?

Les seigneurs de Rais, ancienne orthographe de Retz, portent le titre de seigneurs de Sainte-Croix. Leurs seigneuries étaient les plus puissantes du duché Breton du XIe au XVIe siècle. La baronnie de Rais était l’une des plus anciennes baronnies de Bretagne protégée au sud par la forteresse de Machecoul, aujourd’hui chef lieu de canton.

Gilles de Rais, ou Gilles de Retz, de son vrai nom Gilles de Montmorency-Laval, seigneur de la baronnie de Rais, est plus connu sous le nom de “Barbe Bleue”. Sans doute une confusion avec le personnage diabolique d’un conte de Perrault, ou pourrait-on penser que Perrault se serait inspiré du vrai Gilles de Rais. En effet, ce personnage aurait connu de nombreuses vies: compagnon d’arme de Jeanne d’Arc, Maréchal de France, il fut discrédité par sa famille et surtout accusé de crimes atroces envers des enfants puis condamné au bûcher et à la pendaison en 1440.